GLOIREADIEU.NET

GLOIRE A DIEU

Témoignages chrétiens

Vous avez un témoignage édifiant concernant ce que le Seigneur Jésus-Christ a fait dans votre vie ou dans la vie d'un parent, d'un ami ou autre? Vous voulez partager ce témoignage?

Contactez-nous en cliquant sur "contact" dans le menu.

Gloire à Dieu vous propose de lire le témoignage du frère Eric Loukou KOUAME, membre de la Communauté de l'Eglise Protestante CMA des Deux-Plateaux, Abidjan.

 

AUTRES TEMOIGNAGES

Kouassi Roland

ESSE Julie

OUATTARA Paribaga

Clotilde ALLOU

Eric Loukou KOUAME

Benjamin ABOUA

Kouamé Loukou Eric

 

TEMOIGNAGE DE MONSIEUR KOUAME LOUKOU ERIC       
(LA FORCE DE L’AMOUR POUR LE PROCHAIN)

Je me nomme Kouamé Loukou Eric, Fidèle de l’Eglise CMA des II Plateaux à Abidjan-Cocody.

Au cours de ma vie spirituelle, plusieurs évènements ont contribué à renforcer ma foi en Christ et m’ont aidé à m’arc-bouter sur certains principes défendus par le Seigneur Jésus à savoir : l’amour, la bonté, la fidélité, la crainte de Dieu et le rejet des œuvres de la chair telles que l’impudicité, les animosités, l’ivrognerie et les querelles (Galates 5 :19-22).

Hormis les maladies auxquelles j’ai été confronté, j’ai dû faire face à plusieurs épreuves pour lesquelles la miséricorde  du Seigneur s’est énormément manifestée à mon égard.

1. L’AMOUR NE FAIT PAS DE MAL AU PROCHAIN

« L’amour ne fait pas de mal au prochain ; l’amour est donc l’accomplissement de la loi. » Romains 13 :10. (Insertion de Gloireadieu.net)

J’ai été l’objet, en 2001, de persécutions tant spirituelles que physiques de la part de mes colocataires dans la cité universitaire du campus 1 de Bouaké.

En effet, bénéficiaire d’un lit à la résidence 7 chambre 35 dudit campus, je fus confronté à l’antipathie de mes voisins de chambre qui ne partageaient pas ma conviction religieuse et mes principes de vie. En réalité, nous étions totalement opposés et mon désir d’aboutir à un code d’éthique échoua. Je leur reprochais leur goût prononcé pour l’alcool, l’impudicité, le désordre, la cigarette, les nuisances sonores et  l’absence de propreté.

Au fil des jours, la cohabitation devint impossible puisque mes trois voisins firent tout ce qui relevait de leur pouvoir pour que je quittasse la chambre. Non seulement, ils firent venir des prostituées avec lesquelles, ils se livraient à des heures tardives,  à des plaisirs charnels sans un minimum de respect du principe de l’intimité, de surcroit, ils m’empêchèrent en pleine journée  d’avoir de la concentration et le repos dont j’avais besoin à cause de la fumée de cigarette et des nuisances sonores auxquelles ils avaient pris goût.

Loin de me laisser abattre, je leur offris  en retour mon affection en faisant la vaisselle pour eux, en nettoyant leur mégot de cigarette et les préservatifs qu’ils laissaient traîner dans notre chambre commune. Mon comportement si pacifique, loin de les satisfaire, attisa leur colère et leur haine à mon endroit. A telle enseigne qu’un week-end, revenus ivres de leur virée dans les bars, ils réveillèrent tout le pallier sur lequel nous étions parce qu’ils ne me supportaient plus. Un chrétien insensible au mal et détestant leurs principes de vie était une personne dont il fallait s’en méfier. Si les responsables du pallier ne prenaient pas immédiatement une décision, il y aurait mort d’homme. Personne n’apprécia leur comportement et tous prirent ma défense.

Pour faire face à l’adversité, je passais de longs moments dans le jeûne et la prière. Et dans l’espace qui m’était réservé, j’affichai des versets bibliques très évocateurs tirés de Philippiens 2 :15, d’Esaie  59 :1-2, de Galates 5 :19 à 22, de Jean 1 :12 ; 3 :16, Apocalypse 3 :19-20 etc.

2. LE MIRACLE DE L’AMOUR

 Après trois mois de cohabitation difficile, l’un d’entre- eux  qui était de la même faculté que moi et sur lequel les autres comptaient pour semer la chienlit, du fait de sa pratique de karaté, lia amitié avec moi. Je bénis le seigneur pour le travail qu’il avait commencé à opérer dans la chambre car mon rapprochement avec ce dernier limitait la capacité de nuisance des autres. De plus en plus, je parlai du seigneur à mon nouvel ami qui m’avoua que ses frères éprouvaient une certaine crainte à mon égard puisque j’avais une attitude contraire aux précédents chrétiens qui avaient séjourné dans la chambre avant de  partir à contrecœur. Mon comportement fait de tendresse, d’amour, de don de soi les avaient complètement  désarçonnés. Leur crainte était plus accentuée quand j’étais en prière pendant la nuit car ils étaient éblouis par une éclatante lumière.

Ayant lu Matthieu 5 :16  qui dit « Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes œuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. » et Jean 15 :12 à 13 «  C'est ici mon commandement: Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis », je lui relatai mon témoignage relatif à ma guérison miraculeuse suite à l’invalidité dont j’avais été victime, quelques mois plutôt.

Touché, il se mit à couler des larmes car il regrettait sa vie faite de beuverie, d’orgie, de débauche. Puis, il avoua qu’il était beaucoup menacé en sorcellerie. Je lui fis comprendre qu’il n’était pas encore tard car comme l’apôtre Paul qui avait participé à la persécution des chrétiens, et dont la conversion contribua à la propagation de l’évangile, Dieu avait aussi une mission spéciale pour lui. Par ailleurs, sa conversion lui ouvrirait plusieurs portes actuellement fermées car Jésus-Christ est le Dieu de  l’impossible. Mon nouvel ami se donna au Seigneur et tous les soirs, nous priâmes ensemble. Par sa  conversion, certaines pratiques telles que l’ivrognerie, la consommation de cigarette, les nuisances sonores et le manque de courtoisie prirent fin. Désormais, il régnait dans notre chambre une ambiance de paix et de respect mutuel. Le dimanche qui suivit, il alla se convertir à l’Eglise CMA de Bouaké-Zone.

 A notre retour, il ne cessa de parler de cette  glorieuse rencontre avec le seigneur. Sa vie se métamorphosa peu à peu puisqu’il était régulièrement en contact avec la bible. Par son canal, un autre voisin se donna aussi au seigneur trois semaines après et connut la même joie. Notre chambre autrefois invivable, devint une maison de prière où il régnait de plus en plus la crainte de Dieu.

En septembre 2001, une bonne nouvelle nous parvint. Le premier à s’être converti était invité par son grand- frère et son épouse à aller poursuivre ses études en Suisse. Comme Dieu le lui avait promis, sa conversion venait de lui ouvrir une porte qui pendant longtemps resta hermétiquement fermée.

Le dernier  qui restait parmi mes voisins, était dans un dilemme entre son désir de se donner au Seigneur et sa crainte d’être renié par ses parents à cause de sa confession musulmane.

Malgré cette absence de décision, il adopta de nouveaux principes de vie qui permirent la cohabitation jusqu’à notre séparation du fait de la rébellion du 19 septembre 2002.

Quant  à  mon nouvel ami, il partit en France en janvier 2002.

Au regard de ce qui précède, Dieu rend possible ce qui semble impossible. C’est ce que confirme Jean 15 :5 « je suis Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire.» Jean 15 :7 ajoute « Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé ».

 N.B. Titres et citation biblique par Gloireadieu.net